L’importance du logement pour la santé mentale sera soulignée le 10 octobre

À l’occasion de la Journée mondiale de l’itinérance et de la Journée mondiale de la santé mentale le 10 octobre, l’ACSM Durham rappelle à la communauté que le logement est la clé du rétablissement pour de nombreuses personnes qui ont des problèmes de santé mentale.

Les personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale désignent souvent le revenu et le logement comme les facteurs les plus importants pour atteindre et maintenir leur santé. Des études démontrent que les personnes itinérantes sont plus susceptibles de présenter une mauvaise santé mentale et de souffrir de maladies mentales que la population générale. Selon la Commission de la santé mentale du Canada, entre 25 et 50 % de la population des sans-abri au Canada vivent avec une ou plusieurs maladies mentales. La pandémie de COVID-19 a exacerbé les lacunes existantes en matière de logement, rendant encore plus difficiles la recherche et le maintien de logements abordables pour les personnes souffrant de maladies mentales et de dépendances.

L’ACSM Ontario poursuit ses efforts de promotion du besoin de logements en général et en particulier de logements avec services de soutien pour les personnes ayant un vécu expérientiel de maladie mentale. L’ACSM Ontario réclame l’augmentation des investissements dans le logement et promeut la nécessité de réduire les obstacles au logement, comme moyen de réduire les coûts globaux dans les secteurs de la santé, des services de police et de justice, ainsi que des services sociaux.